Papier intéressant de Marie-Anne Kraft sur Mediapart, où l'on explique que les entreprises de taille intermédiaires, qui constituent le Mittelstand allemand, sont semble-t'il, l'une des clefs de la compétitivité de l'économie de notre voisin d'Outre-Rhin. Souvent des entreprises à capitaux familiaux, non cotées en bouse pour la pluspart, elles ont une taille suffisante pour innover, développer des nouveaux produits, faire de la veille technologique, ouvrir des filiales à l'étranger et exporter une partie non négligeable de leurs produits en Europe et au delà. Par comparaison, la France manquerait d'environ 4000 ETI (Entreprises de taille Intermédiaire) pour rivaliser avec le modèle allemand.

mittelstand allemand

Des relations de confiance avec leurs clients et fournisseurs
Les entreprises de 500 personnes allemandes ont également des relations de partenariat basées sur la confiance avec leurs clients, fournisseurs et les banques. Bref, un environnement et un éco-systeme économique favorable au développement des affaires. De plus, l'orientation stratégique des ETI allemandes est à long terme, avec une responsabilité sociale importante vis à vis de leurs collaborateurs et du milieu économique en général.

La diminution du coût du travail, une réponse française trop réductrice
Marie-Anne Kraft conclut que "ce n’est pas un coup de baguette magique sur le coût du travail qui conduira nos entreprises françaises au même succès, même si un allègement des charges est bienvenu. Il faut aller plus loin, plus en profondeur, en partant de l’éducation. Ce qui n’exclut pas les efforts à conduire sur la politique industrielle, sur la réglementation, sur l’organisation des clusters, sur la mutualisation de la recherche ...".

Source : Mediapart/Blog