La baisse récente de la bourse de Shanghai traduit les difficultés économiques de la Chine. Ce pays qui affichait fièrement une croissance de plus 10 % par an est en train de changer de modèle économique passant d'une économie tirée par les exportations à une économie fondée sur la consommation interne. Mais la consommation des ménages ne se décrète pas et la faiblesse des systèmes de santé et de retraite pousse de nombreux chinois à thésauriser pour garantir leurs vieux jours au lieu de consommer.

baisse_du_yuan


La baisse des bourses asiatiques
Lundi 07 septembre, les bouses asiatiques continuaient leur chute : avec en une seule séance des baisses sérieuses des principaux indices boursiers : Tokyo -3.21 %, Shanghai -8.45 %, Shenzhen (la deuxième place en Chine) -7.61 %, Hong Kong -4.64 %, Taiwan -7.46 %. Les investisseurs s'inquiète en effet des mauvaises statistiques de la Chine, deuxième économie mondiale. Un courtier de IG Markets confirme que « les réactions des marchés asiatiques reflètent le sentiment des investisseurs et leur conviction qu’un atterrissage brutal (de l’économie chinoise) est inévitable ». Bref, en gros, ça pourrait péter ...

Chine - un taux de croissance en baisse
L'indice manufacturier de la Chine a connu son point le plus bas en Aout depuis 6 ans, témoignant de l'essouflement de l'économie de l'Empire du milieu. Cette année, la croissance de l'économie Chinoise ne sera que de 7 % dans le meilleur des cas d'après les prévisionnistes contre 10 % à 12 % certaines années.

Un changement de modèle qui patine
Pendant longtemps, la Chine a privilégié un modèle économique reposant principalement sur les investissements industriels, l'exportation de biens vers l'Europe et les Etats-Unis et la construction immobilière. Ces activités financées grâce à un recours important à la dette ont permis une forte croissance économique. Mais cette stratégie a ses limites et les autorités cherchent à basculer vers un modèle reposant sur la consommation et les services.

Le modèle fondé sur l'exportation de produits d'entrée de gamme n'est guère pérenne à long terme car :
- Les salaires des ouvriers augmentent, rendant moins attractive la production en Chine
- De nombreux pays concurrents à bas coût apparaissent (Malaisie, Inde, ...)
- Cette stratégie est beaucoup trop dépendante de l'activité économique mondiale. En cas de crise dans les pays occidentaux importateurs, la demande s'écroule et les exportations diminuent fortement.

Le gouvernement Chinois multiplie les mesures pour relancer l'activité économique, mais sans succès jusqu'à présent et surtout en avivant l'inquiétude générale, provoquant une onde de choc sur les marchés. On peut citer ainsi la facilité d'obtention des crédits à la consommation pour les ménages ou encore la dévaluation surprise du Yuan en aout dernier afin de relancer la compétitivité des entreprises sur le marché mondial.

Mais la consommation intérieure stagne car les ménages préferrent souvent épargner (au lieu de dépenser) pour palier l'absence de système social pérenne (retraite, assurance maladie, ...). Et le vieillissement de la population chinoise (lié à la politique de l'enfant unique) va créer un fantastique défi à relever. En effet, en 2030, la Chine devrait compter 350 millions de retraités et près de 450 millions en 2050. Si l'entretien des ainés repose en partie sur leurs enfants, on comprend la volonté des ménages d'épargner.

Source : www.lesechos.fr