L'Arsenal de Venise constitue, dès le XVIIe siècle, l'un des premiers exemples de production industrielle en grande série à la chaîne basé sur un modèle économique de type actionnariat. La production a ainsi atteint le rythme de 1 navire par jour. L'arsenal, qui employait 16 000 personnes, était équipé d'une ligne de production amovible alimentée par un flux continue de matières premières (bois, charbon, tissus, métaux, ...) et mettait en oeuvre  une standardisation des pièces, des stocks tampons, et une diversité de corps de métiers (menuiseries, fonderie, toiles, ...).

arsenal venise canaletto

Un travail à la chaîne
Les Vénitiens abandonnent les techniques romaines classiques de construction navale pour développer un système original de travail quasi à la chaîne où l'infrastructure du bateau en chantier se déplace le long d'une ligne de production, sur laquelle les différents composants sont assemblés selon un ordonnancement pertinent.

Ainsi en standardisant les modèles produits et en ayant recours à des opérateurs spécialisés et différenciés, l'arsenal vénitien est capable de produire au début du XVIIe siècle un bateau par jour.

Les Vénitiens s'attachent également à optimiser leurs flux d'approvisionnements : ainsi la Calà del Sasso, qu'ils édifient et utilisent du  XVe au XVIIIe siècle représente un original et formidable ouvrage d'art destiné à acheminer facilement les bois d'œuvre en provenance des forêts  des Alpes.

Au plus fort de son activité, l'arsenal emploie 16 000 ouvriers, répartis sur les chantiers et bassins, assurant l'activité des fonderies, des fabriques (fusils, canons, cordages, rames et mâts), des entrepôts de bois, de charbon, de poudre, l'entretien des hangars d'artillerie, des cales sèches et la surveillance des résines.

L'activité industrielle se caractérise par :

  • Une construction en ligne : La coque de la galère passait le long de l’Arsenal de point en point (en flux) afin que chaque élément du bateau puisse être rajouté
  • Une qualité produit maîtrisée : Des contrôles qualités étaient mis en place tout au long du processus de construction de la galère
  • Une approvisionnement matière réfléchie : Suppression des goulots d'étranglement par mise en place d’un stock amont et aval important
  • La standardisation des équipements : poulies, cordes, munitions... See more at:

Un modèle économique de type actionnariat
L'arsenal devient au XIVe siècle et XVe siècle la plus grande usine du monde en profitant d'une augmentation des investissements permise par l' "Incanto des galées du marché". Ce système lancé en 1297, voit l'État vénitien mettre aux enchères l'usage marchand des galères militaires, en permettant à des négociants ou capitaines de navires de partager les coûts de l'affrètement avec des actionnaires, qui peuvent être eux-mêmes d'autres marchands ou de simples artisans et retraités de la ville.

Source : wikipedia.org