Le « thixomolding » du Mg serait désormais industrialisé en Asie et en voie de réussir son implantation en Europe.

Frein principal, le coût machine
Le frein principal à l'expansion reste le prix d’achat de la machine. La mise en œuvre en phase semi-solide de l’aluminium est moins développée : le « thixocasting » a pratiquement été abandonné à cause de sa dépendance envers le seul fournisseur de billettes.

Des variantes du « rheocasting », partant directement du bain en fusion et donc plus souples, continuent à se développer, mais surtout dans les laboratoires. Peu d’industries en Europe ont investi dans la technologie, hormis quelques pionniers comme Stampal en Italie, et plus récemment MAG&AL Technologies à Villers-le-Bouillet, en Belgique.

En fait, il semble que les machines soient trop complexes et coûteuses alors qu’en parallèle, la fonderie sous pression a fait d’importants progrès.

L’intérêt est croissant, partout dans le monde pour l’acier mis en forme à l’état semi-solide. Le plus grand défi aujourd’hui est la tenue des outillages. Les contraintes thermiques et mécaniques sont en effet extrêmes. Peu de travaux de recherche ont été entrepris sur cette thématique.

Source : CTIF [La lettre d'information Techniline, 28/11/2008]


Février 2009