Le séminaire CTIF consacré au Contrôle Non Destructif (CND) en fonderie a remporté un franc succès avec plus de 180 participants et confirme le rôle de leader de CTIF dans ces technologies en forte évolution et qui s'intègrent de plus en plus au coeur du process de production industriel.

P2070017  seminaire_CND_CTIF_2012
Un séminaire très attractif              La visite du CTIF (radioscopie numérique)

180 participants au séminaire CTIF
Les participants se sont inscrits massivement à ce séminaire qui se tenait le 09 février dans le grand amphithéâtre du StrateCollege à Sèvres. De nombreux fondeurs mais également des donneurs d'ordre de différents secteurs (automobile, aéronautique, énergie, ...) étaient présents pour faire le point sur ces technologies en pleine évolution.

Les technologies de CND en pleine évolution
Au cours de ce séminaire, les différents intervenants ont présentés les évolutions de la normalisation (Robert Levy / COFREND), les résultats du groupe de travail sur la radioscopie numérique (Patrick Bouvet / CTIF), le témoignage d'un fondeur en radioscopie numérique (Claude Ladavière / Constellium Ussel), le potentiel de l'accélérateur laser-plasma (François Sylla / ECP) en alternative à la gammagraphie, l'application des ultrasons multi-éléments à la fonderie (Benoît Dupont / CETIM), les apports de la tomographie à la fonderie en R&D (Yves Gaillard / CTIF) et l'utilisation de tomographe en milieu industriel (David Izerable / Montupet puis Sophie Antona / fonderie Matour Groupe Sab) et enfin une étude défectologique des critères d'acceptation en magnétoscopie de pièces en fonte FGS (Thierry Monat / CTIF).

Visite des laboratoires de CND de CTIF
Le séminaire se concluait par la visite des installations CND de CTIF (Radiographie et Radioscopie numérique de nouvelle génération, Ultrasons, Ressuage et Magnétoscopie). Avec ces moyens et son haut niveau d'expertise (certification niveau 3), CTIF réalise de très nombreuses prestations de contrôles en série de pièces métalliques.

Les raisons d'un succès
Patrick Bouvet, l'expert CND de CTIF, résumait les 3 raisons du succès de ce séminaire: les très fortes évolutions technologiques des CND ces dernières années et l'émergence de nouvelles technologies en rupture et très prometteuses, la nécessité pour les entreprises de contrôles accrues sur les pièces pour garantir la fiabilité des sous ensembles industriels et enfin le programme technique du séminaire qui offrait une large part aux technologies émergentes avec le témoignage concret d'industriels utilisateurs (Ussel Constellium, Matour Groupe Sab et Montupet).