Lockheed Martin a breveté le design d'une partie de son mini-réacteur à fusion nucléaire. Preuve que le projet du géant américain, annoncé en 2014, et qui suscite autant la fascination que le scepticisme, avance.

video mini-reacteur a fusion de lockheed martin

Un projet annoncé en 2014
L'annonce avait provoqué le scepticisme général en 2014 : le champion américain de défense et de sécurité Lockheed Martin disait travailler à la création d'un réacteur à fusion compact, une technologie potentiellement révolutionnaire. Il affirmait qu'un prototype serait mis au point d'ici cinq ans. Nous y sommes presque, et pour l'instant, le conglomérat américain tient promesse.

Il vient de faire breveter le design du système de confinement de son mini-réacteur, comme l'a repéré le site The Drive. C'est la preuve que le projet avance, mais ce n'est pas une garantie d'aboutissement. Les projets de développement de réacteurs à fusion nucléaire ont été nombreux depuis les années 1920, mais tous se sont avérés inefficaces et pas suffisamment miniaturisés

Lockheed Martin évoquait en 2014 un réacteur de la taille d'un conteneur, transportable sur un simple camion ... ou dans une navette en route pour Mars, puisque c'est l'un des débouchés possibles de la technologie. L'unité développée par l'Américain aurait le potentiel d'alimenter une ville de 80 000 habitants.

La fusion, le "graal" du nucléaire
Comme le rappelait L'Usine Nouvelle en 2014, la fusion est le graal de la production d’énergie. A partir de deutérium et de tritium, cette technologie permet de produire de l’énergie en quantité quasi illimitée à très bas coût et quasiment sans déchet. En France, un réacteur expérimental de 500 MW est en construction à Cadarache. Le projet de 15 milliards de dollars réunit les efforts de l’Union européenne, l’Inde, le Japon, la Chine, la Russie, la Corée du Sud, les États-Unis et la Suisse. Iter doit produire son premier plasma en 2025. Difficile de concevoir qu'une compagnie privée, avec des moyens et un budget beaucoup plus réduits arrive à des résultats en rupture en quelques années.

Mais bon, nous ne sommes pas à l'abri d'une bonne surprise.

Source : www.usinenouvelle.com