D'après l'agence de presse Reuters, le président du conseil de surveillance de Thyssenkrupp rejette les appels d'investisseurs en faveur d'un démantèlement du groupe industriel et il soutient en revanche le plan de la direction visant à orienter le conglomérat allemand vers les activités technologiques (ascenseurs, escaliers mécanique, automobile, ...) en substitution de la production d'acier, secteur très volatil et fortement concurrencé par l'asie (Chine).

thyssenkrupp-ascenseurs et escaliers-mécaniques-v2

S'éloigner de la sidérurgie
"Démanteler le groupe n'est absolument pas envisagé", déclare Ulrich Lehner dans une interview publiée mardi par le journal économique allemand Handelsblatt. Le président du directoire, Heinrich Hiesinger, aux commandes du conglomérat depuis 2011, a entrepris d'éloigner Thyssenkrupp de la sidérurgie, un secteur volatil, pour le transformer en un groupe technologique tourné vers les équipements automobiles et les ascenseurs. Thyssenkrupp a conclu un accord avec l'indien Tata Steel pour fusionner leurs activités sidérurgiques en Europe, un projet qui est néanmoins contesté par les syndicats.

thyssenkrupp chiffre d'affaires

L'acier ne représente pas plus de 20 % du CA de ThyssenKrupp
En 2015-2016, l'activité acier Europe ne représentait qu'un peu plus de 7,7 milliards d'euros sur 40 milliards, soit moins de 20 % du total du chiffre d'affaires de ThyssenKrupp.

ThyssenKrupp

ThyssenKrupp emploie plus de 180 000 personnes et se structure en cinq branches : Aciers, Automobiles, Ascenseurs, Technologies, Services. Le groupe travaille sur un projet d'ascenseur totalement innovant, l'ascenseur magnétique. Basée sur la lévitation magnétique, la technologie Multi va permettre de propulser plusieurs cabines dans une seule cage, tant à la verticale qu’à l'horizontale. Sans aucun point de contact avec les parois, les cabines, équipées d'un moteur, se déplaceront grâce à un champ magnétique. Le groupe industriel a construit une tour de 246 mètres de haut à Rottweil dans le sud de l’Allemagne pour pouvoir tester son premier prototype.

Source : www.capital.fr