Des passionnés regroupés dans l'association 3F-3M ont animés les 29 et 30 juillet dernier le 5eme Festival des Forges à Etouars en Dordogne avec la coulée de 150 kg de fonte sous la forme de plaque de cheminée, de boulets de l'Hermione et de pièces de fonderie diverses en utilisant un haut fourneau. La vidéo nous montre la coulée avec le public venu nombreux pour l'occasion. 

Des passionnés de métallurgie regroupés dans l'association 3F-3M

Faire revivre le passé de la Dordogne
A Etouars tous les ans a lieu le festival des forges et de la métallurgie. Un moyen de faire revivre le passé industriel de la Dordogne auquel prend part activement l'association 3F-3M (pour "Feu Fer Forge Minerais Mineraux Metaux") basée à Etouars.

Alimenter l'Arsenal de Rochefort
La flotte du Ponant et, plus particulièrement l’arsenal de la Marine de Rochefort était directement liée au Périgord Vert-Limousin. Les hautes vallées du bassin de la Charente fournissaient alors en matières premières (bois, chanvre, laine) et en canons les intendants de Louis XVI, puis ceux de la République et de l’Empire.

L’impact de cette industrie qui perdura plus de deux siècles sur le territoire fut considérable : surconsommation de charbon et disparition en partie des futaies de chênes, de hêtres, de charmes au profit des taillis de châtaigniers, construction de nombreux châteaux et repaires aux XVIe et XVIIe siècles, création d’infrastructures industrielles lourdes (pour l’époque) pour utiliser l’énergie hydraulique, traiter et faire fondre le minerai ou transformer les métaux obtenus.

5eme festival des forges et de la metallurgie à Etouras en Dordogne

Ainsi on dénombre plus d’une centaine de forges à fondre le minerai ou à transformer la fonte obtenue en fer ou en acier. Beaucoup de ces réalisations marquent encore les paysages aujourd’hui. Les renommés couteaux de Nontron, la fonderie Lacoste d’Excideuil et les nombreux artisans-forgerons du Périgord-Limousin-Angoumois sont les témoins vivants de ce passé. Ces forges à hauts fourneaux et fours d’affineries apparues à la Renaissance furent précédées par les bas fourneaux dès l’âge du fer jusqu’à la fin du Moyen Âge. Des prospections récentes ont permis d’en inventorier plusieurs dans les communes du Piégutais.