MINES ParisTech et l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) annoncent le lancement de la Chaire DIGIMU, dédiée à la modélisation des évolutions de MicrostrUctures intervenant lors des procédés de mise en forme des métaux. La Chaire, dotée d'un budget de 1.2 M€ et financée à 50 % par l'ANR, regroupe en particulier 6 industriels du secteur de la métallurgie : ArcelorMittal, Areva, Ascometal, Aubert & Duval, le CEA et Safran.

m_tallurgie_cemef_chaire_m_tallurgie_DIGIMU



La numérisation des opérations de mise en forme
Dotée d’un budget de 1,23 million d’euros sur 4 ans et pilotée par le Centre de mise en forme des matériaux- MINES ParisTech, la Chaire DIGIMU vise à développer un cadre numérique permettant de modéliser la matière et les modifications de ses propriétés lors des opérations de mise en forme, pour développer, à terme, une « métallurgie numérique » adaptée aux entreprises innovantes. La Chaire DIGIMU regroupe 8 partenaires, dont 6 industriels du secteur de la métallurgie : ArcelorMittal, Areva, Ascometal, Aubert & Duval, le CEA et Safran. C’est l’une des 5 Chaires industrielles issues de « l’appel à projet » ANR 2016.

L’industrie de la métallurgie, et tout particulièrement celle des matériaux à haute technologie destinée aux entreprises du transport, de l’énergie et des infrastructures complexes, a besoin de trouver des réponses innovantes.

Certaines pièces métalliques, vitales pour certains équipements, doivent être optimisées. Cela nécessite une grande connaissance de la matière, et aussi de savoir contrôler et prédire ses propriétés lors de sa mise en forme.

« L’amélioration des moyens expérimentaux facilite aujourd’hui la compréhension de phénomènes métallurgiques et par ailleurs, la simulation numérique fine et prédictive de ces mécanismes suscite un très vif intérêt scientifique et industriel » explique Marc Bernacki*, directeur et titulaire de la Chaire DIGIMU au sein du CEMEF-MINES ParisTech.

Vers une « métallurgie numérique »
Le développement de cette « métallurgie numérique » est au cœur de la Chaire DIGIMU avec deux objectifs majeurs :

  • Développer un cadre numérique multi-échelle performant et adapté à ces questions,
  • Optimiser ces techniques et les valider grâce à l’expertise industrielle de la Chaire.

Concrètement, la Chaire DIGIMU va permettre de :

  • Cibler et définir plus facilement les campagnes expérimentales
  • Améliorer la compréhension des phénomènes observés en testant numériquement les hypothèses métallurgiques émises
  • Améliorer la précision des prédictions métallurgiques pour repousser toujours plus loin les domaines thermomécaniques d’utilisation des matériaux visés
  • Construire des modèles métallurgiques simplifiés sur mesure
  • Améliorer la réactivité des industriels aux nouveaux marchés.

Les développements numériques réalisés dans le cadre de la Chaire seront reversés dans le logiciel DIGIMU, édité par Transvalor, la filiale de valorisation des résultats de recherche d’ARMINES, structure dédiée à la recherche partenariale.

Valoriser les métiers de la métallurgie
Au-delà des enjeux techniques et industriels, la Chaire DIGIMU a également pour vocation d’attirer de nouveaux talents vers les métiers de la métallurgie, en combinant des sujets à la croisée entre métallurgie et simulation numérique.

La Chaire DIGIMU en bref

  • Durée : 4 ans (2016-2020)
  • Budget : 1,23 million d’euros
  • Financement : 50% par l’ANR, 50% par les partenaires industriels
  • 6 partenaires industriels : ArcelorMittal, Areva, Ascometal, Aubert & Duval, le CEA, Safran.
  • 1 partenaire technologique : Transvalor, éditeur du logiciel DIGIMUâ
  • 1 directeur et titulaire de Chaire : Marc Bernacki, enseignant-chercheur, Centre de mise en forme des matériaux (CEMEF-MINES ParisTech).
  • Equipe : 5 thèses, 2 postdocs, 3 stages

Source : www.mines-paristech.fr