Le bronze, longtemps réputé pour sa seule robustesse, voit aujourd’hui sa couleur et sa patine caractéristiques célébrées par les marques horlogères haut de gamme. Après s’être parées d’or, d’acier, de titane/or (Everose de Rolex) , de carbone, ou de verres métalliques (Swatch) les montres jouent aujourd'hui le bronze.

montre_bronze_patin_e

Les montres vieillissent en se bonifiant
Un vent doré souffle sur l’horlogerie ces derniers temps. Mais il ne vient pas du roi des métaux. Il provient d’un alliage beaucoup moins noble : le bronze. À l’instar des grands vins, les montres en bronze ne vieillissent pas, elles s’améliorent. Plus elles vieillissent, plus elles se bonifient.

Facile à usiner, la matière coûte naturellement beaucoup moins cher que l’or. Elle permet d’installer ainsi une gamme de modèles à des prix intermédiaires, entre l’acier, le plus répandu, et l’or, le plus dispendieux. 

Jusqu'à peu, on reprochait au bronze sa fâcheuse tendance à verdir. Jusqu’à ce que l’horlogerie s’en empare, et renverse le principe : au poignet, plus le bronze est vert, plus la montre a du talent.

Le bronze est très tendance
Les matériaux ont leur moment. Les années 1980 furent celle du couple or jaune/acier, un rien clinquant. Les années 1990, celles de l’acier, faisant du gris la teinte de la décennie. Les années 2000, celles du titane et du carbone, marquant l’avènement de la high-tech. Les années 2010, celles de l’or rose, cette teinte vintage au charme suranné… Désormais, tout le monde en pince pour le bronze. À la foire de Bâle, cette année, l’un des plus gros lancements fut la version bronze de la Tudor Heritage Black Bay. Suivie de près par la Zenith Pilot Type 20 Bronze, la Oris Bronze Carl Brashear, ou la dernière venue, la Nautilo d’Anonimo.

La cote des montres en bronze patinés explose
Depuis quelques années, la cote a explosé et cette mode d’une montre portant les stigmates du temps, comprenez des rayures, s’est emparée de tous les matériaux. Y compris à l’intérieur des cadrans ! Un noir qui vire au brun à cause d’un excès de soleil : +50%. Des aiguilles blanches qui jaunissent : +30%. Alors une boîte en bronze qui verdit : +200%. Un exemple : lorsque l’italien Panerai édite sa Luminor submersible 1950 en version bronze, son prix de départ est de 9 300 €. Aujourd’hui, la même, couverte de vert-de-gris, vaut le double !

Tendance à suivre au salon BaselWorld 2017 du 23 au 30 mars 2017

Source : www.gqmagazine.fr