Le concept de transport terrestre très grande vitesse (1200 km/h) dans un tube à basse pression de l'inventeur et homme d'affaires nord-américain Elon Musk séduit la SNCF qui a décidé de participer au deuxième tour de table d'un montant total de 80 millions de dollars de la start-up californienne Hyperloop Technologies aux coté d'autres acteurs majeurs du capital-risque.

donn_es_sur_Hyperloop

Hyperloop - le principe 
L'hyperloop consiste en un double tube surélevé dans lequel se déplacent des capsules. L'intérieur du tube est sous basse pression pour limiter les frictions de l'air. Les capsules se déplacent sur un coussin d'air généré à travers de multiples ouvertures sur la base de celles-ci, ce qui réduit encore les frottements. Les capsules sont propulsées par un champ magnétique généré par des moteurs à induction linéaires placés à intervalles réguliers à l'intérieur des tubes. En théorie, le système permettrait de voyager du centre de Los Angeles au centre de San Francisco en moins de 30 minutes, ce qui représente une distance de 551 kilomètres à plus de 1 102 km/h, soit plus rapide qu'un avion qui parcourt cette même distance en 35 minutes à la vitesse de 885 km/h. Selon le magazine Fortune, le coût de construction de ce transport du futur pour relier en une trentaine de minutes Los Angeles à San Francisco serait de 8 milliards de dollars.

Hyperloop - une première levée de fonds en début 2015
Né en 2013 dans l’esprit toujours fertile d’Elon Musk (Paypal, Tesla, SpaceX), le concept est développé depuis par deux start-up américaines, dont Hyperloop Technologies, entreprise cofondée par Brogan Bambrogan (ancien ingénieur de SpaceX). En février 2015, Hyperloop Technologies avait déjà levé 11 millions de dollars pour commencer à bâtir les infrastructures nécessaires aux premiers tests de Hyperloop, annoncés pour 2017.

hyperloop_elon_musk

Ce qui pousse la SNCF a investir ?
Qu’est-ce qui pousse la SNCF à prendre le train futuriste en marche? D’abord le souci de l’entreprise – et de son patron – de se transformer en profondeur. Guillaume Pépy l’a rappelé lors du sommet de l’Economie: bien plus que le fantasme de l’ultra-vitesse, c’est le savoir-faire de Hyperloop qui l’intéresse. "Nous devons encore améliorer le système. De la même manière qu’il y aura les voitures sans conducteur, on peut imaginer des trains sans conducteur du fait des nouvelles technologies, a-t-il précisé. Nous pensons d’ailleurs fortement que les nouvelles lignes qui relieront Paris à Roissy (futur CDG Express) devraient être imaginées ainsi."

Elon Musk
Pour l'heure, Elon Musk a annoncé vouloir rester concentré sur Tesla et SpaceX, mais assure s'occuper du Hyperloop en personne si aucun investisseur n'engage de prototype dans les années à venir. Il encourage vivement le crowdsourcing, l'aspect open source et collaboratif, et n'a d'ailleurs déposé aucun brevet pour l'Hyperloop. En janvier 2015, Elon Musk annonce qu'une piste d'essai de 5 miles, soit environ 8 km, va être construite, certainement au Texas. Cette piste serait ouverte aux entreprises et projets étudiants qui souhaiteraient tester leurs capsules.

Elon Musk a créé les sociétés suivantes :

  • Zip 2. Société de logiciels web créée en 1995 par Elon Musk avec son frère
  • X.com et Paypal - X.com est une société d'email et services financiers en lignes cofondée par Elon Musk en 1999. X.com a été fusionnée avec la société Confinity en 2000 puis renommée Paypal en 2001
  • SpaceX - SpaceX est une société travaillant dans le domaine de l'astronautique et du vol spatial créée en juin 2002
  • Tesla Motors - Constructeur automobile de voitures électriques cofondée par Elon Musk en 2003
  • Solar City - SolarCity est une société de panneaux photo-voltaïques créée en 2006, dont l'idée originale est d'Elon Musk qui est devenu par la suite son président
  • Hyperloop - Société de transport fondée le 12 août 2013 par Elon Musk. Le concept de ce projet industriel est défini par Elon Musk comme un cinquième mode de transport, en plus des bateaux, des avions, des voitures et des trains
  • OpenAI - Centre de recherche sur l'intelligence artificielle, ouverte à de multiples start-ups, dont la création fut annoncée en décembre 2015

prototype_hyperloop_nevada_desert

Le premier Hyperloop en Slovaquie pour une liaison Bratislava-Vienne-Budapest
General Electric a aussi participé au tour de table de la start-up et conclu dès février 2015 un partenariat sur un projet visant à relier les villes de New York, Boston et Washington D.C. Le géant américain va participer à la conception et à la production de composants du futur engin. En attendant, Bambrogan et ses équipes continuent de sillonner la planète pour vendre leur rêve. Le premier Hyperloop devrait d’ailleurs voir le jour de ce côté-ci de l’Atlantique… en Slovaquie. Ce pays d’Europe centrale est en effet le premier pays à avoir signé en mars un accord de développement pour une liaison Bratislava-Vienne-Budapest avec la start-up californienne.

Source :  www.challenges.fr