Après un match très physique et face a une direction trop timorée sur le terrain, l'équipe du syndicat d'Air France s'est imposée facilement et se qualifie pour les quarts de finale de la coupe du monde de Rugby. Le score sans appel prouve, encore une fois, la force de notre pack syndicaliste. En quart de finale, rien n'est joué cependant, car même si l'équipe adversaire n'est pas encore connue à ce jour, le syndicat d'Air France pourrait rencontrer l'équipe de la justice ou bien une équipe plus exotique et agile d'une compagnie low-cost.

Air France syndicat chemise


Une première mi-temps équilibrée
Le match avait pourtant bien commencé pour la direction d'Air France qui a mené quelques belles actions de jeu très techniques, démontrant son savoir  faire et ses qualités tactiques dans l'en-but adverse. Ainsi, le plan d'économie, les 2900 licenciement annoncés et les fermetures de lignes étaient de toute beauté. Et la direction a marqué là un essai transformé concluant.

Une deuxième mi-temps déterminante pour le syndicat
Tous les observateurs ont noté la détermination des lignes du syndicat qui ont fait efficacmenet progresser le ballon vers l'avant. Au contraire, pendant toute cette deuxième période, la direction a globalement refuser le combat. Ce qui est très dommage. Au rugby, le combat ne se refuse pas. Il faut entrer dans la mêlée le coeur vaillant, provoquer des maul. Ce qu'a bien fait le syndicat. La direction a bien essayé de mouiller un peu sa chemise, mais pas suffisamment pour remporter le combat. Oui, c'etait un jeu viril et soutenu, mais dans ce sport, on en attend pas moins des 2 équipes. Et le monde de l'ovalie est fier du beau combat auquel nous avons assisté. Nous en parlons d'autant plus librement, car il est préférable que le combat se porte sur le terrain plutôt que dans le vestiaire par des coups bas.

Seul petit bémol, la ligne d'arriere du syndicat, qui a peu défendu ses 22 mètres. Cette ligne d'arrières, constituée de pilotes, s'est avérée décevantes, peu combatives et assez en retrait dans le match. Ce qui est bien dommage, avouons-le pour la beauté du sport. Quelques fautes volontaire d'anti-jeu ont également émaillées le match.
 
La presse anglaise
L'équipe de Gande Bretagne étant éliminée du mondial, la presse anglo-saxonne a largement commenté le match, le trouvant brouillon et un peu trop virile à son goût. L'essentiel reste cependant la victoire assez nette du syndicat. Et Messieurs les anglais, rappelez vous, comme dit le dicton, que "le rugby est un jeu de voyou, joué par des syndicalistes".

Les quarts de finale
Si le syndicat s'est qualifié pour les quarts de finale, le match suivant pourrait être plus complexe pour notre équipe très motivée.
L'équipe adverse n'est pas encore connue à ce jour, mais elle pourrait être :

  • L'équipe de la justice gouvernementale. Cette équipe, même si elle ne dispose de peu de moyens financiers et possède un rythme de jeu assez lent, a des tactiques souvent imparables. Elle est souvent très pugnace et gagne souvent ses matchs. De plus, elle prend très peu de pénalités car elle fait très peu de fautes de jeu
  • L'équipe d'une compagnie low-cost, qui inversement dispose de gros moyens financiers et pourrait ne faire qu'uen bouchée d'Air France. Mais nous n'en sommes encore pas là et notre équipe dispose encore de quelques jours de récupération avant de mener un nouveau combat, qui nous le souhaitons pour le spectable, sera encore une fois engagée.

 

Nous souhaitons donc bonne chance à notre fier équipe du syndicat d'Air France dans la compétition de Rugby.

Librement inspiré des évènements récents