Le Premier ministre Manuel Valls était le 27 avril dernier à Saint-Georges-de-Mons (Auvergne) pour donner, officiellement, le coup d'envoi d'EcoTitanium, la première usine de recyclage du titane de qualité aéronautique. Ce projet d'un coût de 48.7 M€ permettra d'assurer le recyclage du titane, métal qui voit sa production augmenter d'année en année avec la croissance régulière du marché aéronautique, son principal débouché. L'usine EcoTitanium démarrera en 2017/2018 et entrera en plein régime en 2022.

titane recyclage eramet ecotitanium

La technologie
La technologie dévelloppée utilise des torches plasma dans un four spécifique de 12 mètres afin de fondre les chutes et copeaux de titane. Ces morceaux seront achetés moins cher que des lingots de titane "de première main", ce qui permettra à l'entreprise d'être plus compétitive. Et de créer une nouvelle voie d'approvisionnement, indépendante des circuits russe et américain. Avec une usine basée en Auvergne (France), EcoTitanium permettra à l’industrie aéronautique de disposer d’une nouvelle voie pour se fournir en titane et ainsi mieux maîtriser son approvisionnement vis-à-vis de cette matière première stratégique pour la filière.

Trois actionnaires, dont l'ADEME
Trois actionnaires sont impliqués dans ce projet :

  • UKAD, (co-entreprise d'Aubert & Duval groupe Eramet et d'UKTMP International) porteur industriel du projet, avec  43,5 % du capital
  • L’Etat français, par l’intermédiaire de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), avec 41,3 % du capital et un financement public effectué dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir
  • Le Crédit Agricole Centre France avec 15,2 % du capital

La stratégie d'ERAMET
La participation du groupe ERAMET à ce projet s’inscrit dans la continuité d’un partenariat entre sa filiale Aubert & Duval, spécialiste de la métallurgie haut de gamme, et la société kazakhe UKTMP, l’un des leaders mondiaux de la fabrication d’éponge de titane. Celles-ci exploitent en effet depuis 2011, en Auvergne (France), une usine de forgeage de titane à travers leur société commune UKAD.

EcoTitanium représente un enjeu important pour Aubert & Duval et le groupe ERAMET. Il leur permettra en effet de développer de nouveaux marchés et d’acquérir des compétences dans le recyclage du titane et d’autres métaux nobles avec l’exploitation de technologies de pointe. Avec la mise en œuvre de ce projet, c’est par ailleurs un ensemble totalement intégré qui devrait voir le jour pour le Groupe, de l’extraction du minerai de titane à la fourniture de pièces pré-usinées, en passant par le recyclage des chutes générées tout au long du procédé de fabrication.

Source : Eramet et La Montagne