L'entreprise familiale Peugeot va voir le chinois Dongfeng et l'état français prendre chacun 14 % des parts dans le capital. La présence de l'état ne viserait qu'à contrebalancer symboliquement l'irruption du chinois Dongfeng. L'entreprise plus que centenaire, jalouse de son indépendance, entre de plein pied dans la mondialisation. PSA et Dongfeng trouvent chacun leur intérêt dans cette alliance.

PSA dongfeng automobile chine capital france transfert technologie

Dongfeng-PSA, un leader mondial
PSA comme Dongfeng ne produise chacun qu'environ 3 millions de véhicules par an. Ensemble, ils pourraient se rapprocher des leaders mondiaux du secteur. Pour PSA, Dongfeng est une source de financement et l'ouverture au marché chinois alors que pour Dongfeng, PSA peut apporter des technologies (et donner également accès au marché européen).

Une source de financement pour PSA
En plus des 800 millions d’euros en capital qu’apportera Dongfeng, le principal intérêt de cet accord, pour le français,est l’accès aux financements bancaires chinois. "Le cas Volvo constitue un précédent éclairant, explique Jean-François Dufour, directeur de Chine-Analyse. Acquis en 2010 par Geely pour 1,1 milliard d’euros, le suédois a depuis reçu 1,5 milliard d’euros de financements chinois supplémentaires."

Transfert de technologies vers Dongfeng
En contrepartie, avec la technologie de Peugeot, Dongfeng souhaite sauter une étape pour industrialiser un projet de voiture Hybrid Air, qui associe un petit moteur thermique à un stockage d’énergie par air comprimé. Tandis que l’accès aux technologies électriques sera apporté par Renault, qui vient de signer un accord de production avec le même Dongfeng.

Source : www.challenges.fr