Malgré une timide reprise sur certains marchés consommateurs, le marché du nickel est victime de stocks importants au LME, d'une surproduction et de la concurrence croissante du NPI Chinois, ce qui tire le cours du métal vers le bas durablement à des niveaux de prix qui semblent en dessous du coût de production pour certains opérateurs.

NPI Nickel pig iron processing fonderie chine

Des cours du Nickel bas
Les cours du Nickel très bas s'expliquent par plusieurs facteurs :

  • Une surproduction des opérateurs leaders mondiaux (BHP Billiton, Vale, ...) qui ont beaucoup investis dans de nouvelles technologies et souhaitent rentabiliser leurs investissement par une production soutenue
  • Des stocks de métal dans les entrepôts du LME (London Metal Exchange) importants et en augmentation
  • Une absence de reprise suffisamment forte pour absorber les stocks importants du LME
  • La concurrence chinoise du NPI (Nickel Pig Iron), alliage de Nickel à faible teneur (13 %) destinée à la production d'acier avec une production en croissance et des prix bas qui tirent l'ensemble du marché du Nickel vers le bas.

Eramet en difficulté
D'après le PDG d'Eramet Patrick Buffet, la crise qui frappe le secteur est "très très violente" et à l'origine d'énormes pertes pour la Société Le Nickel (SLN), la filiale du groupe Eramet, spécialisée dans la production du métal jaune.

Des stocks de Nickel très importants
Les très faibles niveaux atteints par les cours du Nickel (entre 6 et 6.5 dollars la livre) seraient dus à des stocks très importants détenus par le LME (London metal Exchange), dépassant 250 000 tonnes au niveau mondial. Depuis février 2013, le cours du Nickel a perdu 28 %. Les analystes de Morgan Stanley qualifient, dans une note du 18 novembre dernier, le marché du nickel comme "déséquilibré" et en "excès d'offre". "La probabilité d'importantes baisses de production est assez faible et la pression sur les prix devrait se poursuivre" notent ces analystes. Selon l'International Nickel Study Group (INSG), le surplus de Nickel a progressé de 127 000 tonnes en 2013. Et il n'y aurait pas de réduction de stocks à attendre avant deux années selon ERAMET.

La chasse aux coûts de production
Les producteurs majeurs (Norilsk, Vale, BHP Biliton, ...) qui sont encore bénéficiaires font la chasse aux coûts de production pour résister aux baisses des cours et cela d'autant plus qu'ils ont fortement investis dans de nouvelles technologies afin de pouvoir exploiter plus de forme de minerai, comme l'extraction à l'acide sulfurique et qu'ils souhaitent amortir leur investissement.

Le "Nickel pig iron", le nouvel entrant chinois moins cher
Le secteur souffre également d'un nouveau substitut au nickel conventionnel, le NPI "Nickel pig iron", fonte de nickel. Cet alliage, de moindre teneur en nickel (10% à 13% environ) est produit pour l'essentiel en Chine à partir de minerai extrait en Indonésie et aux Philippines où ce minerai de latérite à très faible teneur en Nickel (2 %) abonde et ne peut pas être exploité par les autres techniques conventionnelles. Le NPI est moins onéreux. Cet alliage, massivement produit en 2013 (450 000 tonnes) par plus de 70 producteurs chinois vient encore plus destabiliser le marché du Nickel.

Ces producteurs chinois de NPI ont pour caractéristiques :

  • Implantation majoritaire en Mongolie intérieure
  • Anciens producteurs de ferro-alliages (FeSi, FeMn, ...) reconvertis dans le NPI
  • 70 producteurs avec pour la plupart une production de NPI inférieure à 10 000 t/an et qui au total assure 30 % des besoins de l'empire du milieu en Nickel
  • Utilisation majoritaire de fours électriques (70 %) en remplacement de petits hauts fourneaux fermés sous la pression de l'état
  • 50 % du PNI produit avec une teneur en Nickel > 10 %; 30 % entre 4 % et 8 % de Ni et 20 % avec Ni < 2 %

La Chine, premier consommateur de Nickel, a importé massivement ce minerai d'Indonésie (53 % en 2011). Le coût du Nickel NPI était estimé en 2012 entre 16 500 et 18 000 $ la tonne. D'autres pays sont également intéressé par cette fonte de Nickel et le gouvernement Indonésien aurait reçu 89 propositions d'installations de nouvelles usines de traitement de Nickel. La production chinoise de NPI représenterait 10 % du volume mondial de Nickel (estimé à 21 milliards de dollars/an) et serait en forte augmentation.

Télécharger ce document sur le NPI

Le NPI est massivement utilisé par les producteurs d'acier chinois qui réduisent ainsi leur coût de matière première de manière substantielle. Les premières tentatives de production de NPI seraient apparues en Chine en 2005. Les premiers essais auraient conduits à un très faible taux de nickel (4 %) pour un prix de revient très élevé. La technologie NPI n'aurait décollée qu'avec l'augmentation très importante du cours du Nickel en 2007 qui aurait obligé les producteurs chinois à développer une solution de substitution au nickel traditionnel et à mettre au point la technologie NPI

Source : www.lemonde.fr