Un dossier très complet du média pure player Paris Tech Review fait le point sur l'économie de fonctionnalité qui prône l'accès aux fonctions d'un bien plutôt que la possession du bien en lui-même. Ce nouveau concept d'économie est bénéfique du point de vue du développement durable sans pour autant peser sur la croissance économique. Un exemple très simple, le consommateur, au lieu d'acheter un véhicule, en a l'usage à la demande en passant par un fournisseur de solutions de mobilité qui lui fournit ce véhicule lorsqu'il en a besoin. Le reste du temps, ce véhicule est utilisé par d'autres consommateurs. Ce type de solutions bouleverse le type de produits développés, encourage le développement durable, mais nécessite un changement des mentalités des consommateurs et des industriels.

E_conomie_de_fonctionnalite_

Divers modèles de développement durable
Plusieurs solutions sont pressenties pour assurer le développement durable de l'économie;

  • les produits verts (peu énergivores)
  • l'économie circulaire (produits issus des filières de recyclage) où un écosystème industriel permet de réutiliser au mieux les ressources et matériaux
  • l'économie collaborative (peer-to-peer) où un propriétaire de véhicule la loue à d'autres consommateurs non possesseurs de véhicules. Cette mutualisation des biens en augmente l'usage et évite l'achat d'un produit très peu utilisé par certains consommateurs

Principe de l'économie de fonctionnalité
L'économie de fonctionnalité consiste à vendre un service et non plus le bien ou l'objet. Ce type d'économie peut être développé en BtoB mais également en BtoC. Quelques exemples :

  • AutoLib à Paris avec une flotte en libre accdès moyennant un abonnement et un coût calculé au kilomètre parcouru
  • Mu By Peugeot
  • la solution de leasing de véhicules ou de photocopieurs pour les professionnels

Afin que le fournisseur puisse avoir un profit maximum, il doit proposer des biens les plus durables possibles (et réparables) et en maximiser l'usage par ses différents clients. Dans un marché conventionnel, le fournisseur a, au contraire, tout intérêt à ce que ses clients renouvellent régulièrement l'achat d'un bien. La notion d'obsolescence programmée -qui circule beaucoup de nos jours et que nous traitions récemment sur ce blog- n'a plus cours avec ce modèle puisque que le fournisseur doit au contraire essayer de maximiser la durée de vie de ses produits. De la même manière, le fournisseur d'accès est entièrement responsable de la fin de vie de ses produits et a donc tout intérêt à les recycler ou à reutiliser les pièces utiles et peu endommagées; toutes choses très difficile à faire pour un particulier ou même par une filière de recyclage qui traite un grand nombre de produits très divers.

De nombreuses rupture nécessaires
Si elle est séduisante sur le papier, l'économie de fonctionnalité suppose de nombreuses ruptures d'habitudes :

  • Rompre la valeur affective et le désir de possession du consommateur lié souvent lié aux signes extérieurs de richesse conférées par l'objet (un véhicule par exemple)
  • La difficulté pour certains industriels de penser service et non plus produit et de développer des objets avec des nouvelles fonctions d'usage (adaptation à de multiples consommateurs)
  • La difficulté de faire co-exister pendant un certain temps plusieurs modèles ensemble


Les limites de l'économie de fonctionnalité
Si le concept d'économie basée sur la fonctionnalité (et non plus sur la possession) est séduisante, elle semble avoir ses limites. En particulier, on voit mal comment remplacer les objets de quotidien du foyer (télévision, lave linge, ...) par des fonctions d'usage du fait même de l'impossibilité de les partager facilement avec d'autres utilisateurs autres que ceux de la famille.

Une économie de service qui se développe
L'économie basé sur la fonctionnalité (d'autres diront sur "la fourniture d'un service") se développe sans que l'on en soit forcément conscient. On pourra citer :

  • les moyens de transport de groupe (bus, train, avion) où le réseau est géré par la collectivité
  • l'offre de logement (hôtel, gîte, ...) en dehors du logement principal
  • la téléphonie fixe ou mobile
  • les laveries automatiques ou les stations de lavage de véhicule

Source : www.paritechreview.com