Entre sabotage, intimidation des non-grévistes, médiatisation sur un site devenu emblématique, lutte intersyndicale, prochain congrès de la CGT, mélange entre militantisme syndicale et politique, le climat social est devenu excessivement dégradé dans l'usine de PSA Aulnay. Si la CGT incrimine la direction de PSA, les autres syndicats dénoncent les méthodes musclés de la CGT et son dangereux jusqu'au-boutisme.

CGT_PSA_Aulnay_violence_syndicalisme

Une violence "intolérable" et le sabotage de matériel selon la direction de PSA
Le directeur de PSA, Fédéric Saint-Geours, dénoncait une violence "intolérable" des grévistes du site accusés de faire pression sur les non-grévistes pour les empêcher de travailler. Des jets de boulons et d'oeufs auraient été constatés. Il est vrai que les quelques images passées sur TF1 récemment montraient des actes de provocation manifestes, filmés en direct (et donc non contestables), de grévistes envers d'autres salariés. La direction de PSA évoque également un "sabotage"; des cables sectionnés dans l'atelier ferrage du site d'Aulnay.

Les autres syndicats dénoncent les agressions verbales et physiques à Aulnay
Trois syndicats - la CFE-CGC, FO et la CFDT - ont tenu une conférence de presse au siège de PSA pour dénoncer les agissements de la CGT et en particulier les "agressions physiques et verbales". Pour l'intersyndicale, le jusqu'au-boutisme de la CGT est très dangereux. Ils dénoncent le "combat politique" de la CGT d'Aulnay dont le leader, Jean-Pierre Mercier, est l'ancien porte parole de Nathalie Arthaud, candidate Lutte Ouvrière à la présidentielle. L'approche du prochain congrès de la CGT n'y serait pas pour rien car plusieurs lignes s'affrontent au sein du syndicat et les plus déterminés contre le gouvernement Ayrault veulent faire monter la pression.

Le point de vue de la CGT
La CGT, quant à elle, affirme que c'est la direction de PSA qui met de l'huile sur le feu et provoque par la "venue de centaines de cadres de tous les sites du groupe pour patrouiller par groupe de 10 ou de 50 ... et par les vigiles en treillis noir appelés par la
direction, en toute illégalité, venus eux aussi intimider". Deux militants de la CGT ont été convoqués par la sureté territoriale à Bobigny pour aggression sur des huissiers de justice.

Pas de violence constatée, mais un climat social très dégradé
De l'avis de sociologues venus sur place, si le climat est tendu, il n'y a pas, à proprement parler, de violences physiques à Aulnay. A l'évidence, le climat social est extrêmement dégradé sur le site d'Aulnay. Si les violences physiques réelles semblent peu avérées, menaces et intimidations sont quotidiennes pour les employés non grévistes du site.