Jean-Joseph Boillot, économiste et spécialiste de l'Inde, dans un reportage pour Arte Journal, a analysé la stratégie du géant de l'acier. Pour lui, c'est la crise de 2007-2008 qui a accéléré la fermeture des sites européens, même si la stratégie de Mittal poussait déjà dans ce sens au moment du rachat d'Arcelor. Seul les aciers de haut niveau auraient encore un avenir en Europe. Sur le long terme, la Chine pourrait monter en gamme et grignoter également des parts sur le haut de gamme.

sidérurgie-Lakshami-Mittal-stratégie-Florange
Lakshmi Mittal a la tête d'une sidérurgie mondialisée

Une fermeture des hauts fourneaux de Florange jouée d'avance ?
"Depuis que Mittal a acquis le groupe Arcelor, Lakshmi Mittal sait qu'il y aura des surcapacités sur les sites européens. Avant même le rachat par Mittal, la question se posait déjà à Arcelor. Mais parce que c'est un jeune businessman, il n'avait pas la vision de la crise mondiale de la sidérurgie et de son ampleur". Si le site de Florange est considéré comme rentable à l'échelle hexagonale, il ne remplit plus les critères de rentabilité du groupe Mittal au niveau mondial.

Une stratégie de fermeture des sites européens ?
Mittal, dans sa volonté d'acquérir une stature mondiale, était très intéressé par le haut niveau de R&D d'Arcelor et ses meilleurs qualité d'acier au niveau européen. D'emblée, Mittal avait pour idée de réorienter la production d'acier conventionnel vers les pays d'Europe de l'est à plus faible coût. Mais c'est la crise de 2007-2008 (et la chute de l'automobile, gros consommateur de tôles) qui a précipité le moment de la décision.

La sidérurgie à faible valeur ajoutée condamnée en Europe ?
La sidérurgie est en train de se mondialiser et il est vraisemblable que les aciers de très hauts niveaux sont encore compétitifs en Europe. Mais la Chine, qui possède la moitié des capacités mondiales de production en sidérurgie va t-elle en rester là et ne peut-elle pas profiter de sa position de leader pour remonter en valeur ajoutée et grignoter les aciers de haut niveaux aux occidentaux par un effort de R&D. C'est sans doute une inconnue majeure.

Source : France Métallurgie