Les filières de recyclage de l'aluminium en France permettent de recycler 35 % environ de l'aluminium utilisé dans l'industrie (automobile, bâtiment, alimentaire, ...). Si la technologie du broyage était largement utilisée dans le passé, les filières de déconstruction, pourvoyeuses d'emplois et favorisant le développement durable, permettront à l'avenir de mieux valoriser les différentes matières premières présentes dans les produits en fin de vie.  

icone dossier

 deconstruction_automobile
La déconstruction automobile, une filière de valorisation encore trop peu développée

Marché de l'aluminium
Le marché de l'aluminium en France est de l'ordre de 1 million de tonnes/an (7 millions au niveau Européen) dont 25 % pour l'industrie automobile.

Les filières
Plusieurs filières de récupération co-existent actuellement :

  • Collecte en centre de tri collectif (1 à 2 % d'aluminium récupéré) - tri manuel - 0.5 % d'aluminium dans les ordures ménagères, soit 2 kg/habitant/an ou 100.000 t/an récupérable au maximum
  • Déconstruction ou broyage de véhicules automobiles (en augmentation). Rapide calcul = 2 millions de véhicules hors d'usage par an avec 20 kg d'aluminium en moyenne, soit un potentiel estimé de 400.000 tonnes/an environ (aluminium de deuxième fusion, voir de première fusion si on réalise le tri des pièces en amont)
  • Récupération issue des mâchefer d'incinération (tri par courant de foucault). Décote du prix de l'aluminium de 30 % (par rapport au centre de tri) du fait d'une teneur en impureté importante. Les mâchefers contiendraient 20 % d'aluminium

Taux de recyclage
355.000 tonnes d'aluminium ont été recyclées en france (sur 1 million de tonnes consommés par an), ce qui correspond à un ratio de recyclage (pourcentage de métal recyclé par rapport à la consommation totale de ce métal) de 35 %.

L'aluminium recyclé en fonderie sous pression
Compte tenu des caractéristiques de l'aluminium récupéré (impureté en fer en particulier), l'aluminium recyclé est surtout utilisé en filage ou en fonderie (roues, carters, pièces de moteurs automobiles), plus qu'en étirage et en laminage. La fonderie sous pression utilisant principalement l'alliage AlSi9Cu3 à forte teneur en fer (0.8 % - 0.9 %) est la principale filière de valorisation en fonderie.

Par ailleurs, l'économie d'énergie est de 95 % (par rapport à l'aluminium d'électrolyse). Comme l'énergie représente environ 20 % du coût total de fabrication de l'aluminium primaire, l'utilisation de produits recyclés représente une économie de 19 % sur un produit primaire identique. C'est ce qui explique le prix important de rachat de l'aluminium usagé.

La filière de valorisation automobile
Constructeur --> utilisateur --> détenteur de VHU --> Démolisseur --> Broyeur --> valorisateur

  • Constructeurs automobiles. Ils intègrent, aux nouveaux véhicules, de plus en plus de pièces en aluminium (fonderie, tôle, profilé) pour des raisons d'allègement et d'émission de CO2 (impératif Européen).
  • Les détenteurs de VHU (Véhicule Hors d'Usage). Les VHU proviennent de 6 grandes sources : garagistes 12 à 15%, particuliers 10 à 12%, concessionnaires des constructeurs 15 à 20%, domaines et fourrières 20 à 25% et assureurs 30 à 35%
  • Les démolisseurs. Ces professionnels jouent un rôle central dans la filière. Après réception des VHU, leur rôle consiste à les dépolluer. Ils retirent du véhicule tous les éléments dangereux pour l’aval de la filière et pour l’environnement. Le démolisseur extrait les éléments polluants (carburant, liquide de frein et de refroidissement, huile, batterie...) ainsi que les éléments pouvant causer une explosion lors du broyage (airbag, réservoir gaz...). Le démolisseur prélève également des pièces qui peuvent être recyclées, rénovées ou revendues en l’état comme pièces de réemploi ce qui en fait une activité solvable.
  • Les broyeurs. Après passage sur les chantiers de démolition, les carcasses automobiles sont livrées aux unités de broyage. Le rôle des broyeurs consiste à fragmenter les carcasses en petits morceaux afin de permettre un tri ultérieur des différents éléments constitutifs. Ce sont des installations très puissantes qui broient également des biens de consommation (machines à laver, congélateurs...).
  • La déconstruction est clairement plus coûteuse (main d'oeuvre), mais elle permettrait de mieux trier les métaux. Peu utilisé encore, elle se cherche sans doute un modèle économique par rapport au broyage de l'ensemble du véhicule
  • Les affineries. Les matières non ferreuses sont revendues et refondues pour en faire des lingots ou des sows (gueuse d'aluminium). En France, une vingtaine d'affineries offre une capacité totale de 300 000 t. L'aluminium recyclé est consommé à 60 % dans le secteur des transports.

Avenir du recyclage de l'aluminium
Dans les années à venir, le recyclage de l’aluminium gagnera en importance, car la quantité des déchets d’aluminium ramassés augmentera avec l’utilisation croissante de ce métal. Déjà depuis plusieurs années, on enregistre une croissance de la quote-part de l’aluminium de recyclage par rapport à la production totale d’aluminium.

Sources : Rapport du Sénat et Les intervenants dans la filière automobile