Les deux constructeurs hexagonaux commencent à prendre des mesures de chomage partiel sur certains de leurs sites pour soit réduire leurs stocks, soit anticiper des baisses de commande en 2012 liées aux fortes incertitudes économiques.

automobile_chomage_partiel_psa_peugeot_citroen_usine
Chaîne de montage automobile

Renault
L'usine de Douai (Nord), où sont produits les monospace Scenic et la Mégane coupé cabriolet et qui emploie environ 4.800 salariés, sera fermée 1 semaine du 26 octobre au 1er novembre inclus.
Sandouville, où sont produits l'Espace et la Mégane, avec 2.400 salariés, fera le pont du 1er novembre, tout comme Flins, où sont montées les Clio avec 2.700 salariés.

PSA, pour améliorer la compétitivité
Avec des marges plus réduites que ses principaux concurrents, PSA anticipe un ralentissement économique, mais veut aussi réduire ses stocks de pièces afin d'améliorer sa rentabilité. PSA, avait annoncé en septembre que certains de ses sites seraient touchés par des mesures de chômage partiel ce mois-ci. Il était prévu que le site d'Aulnay chôme six jours, Poissy cinq jours, Rennes cinq jours, Mulhouse deux jours mais sur une seule ligne de montage, et Sochaux une journée. Le groupe a annoncé lors d'un comité de groupe européen exceptionnel la suppression de 800 postes d'intérimaires en France d'ici fin 2011, selon une source syndicale.

PSA et Renault perdent des parts de marchés face aux marques allemandes
Aujourd’hui, les deux constructeurs français sont touchés par le ralentissement économique en Europe, et affiche des pertes de parts de marchés, tandis que les marques allemandes sont toujours à l’offensive. En effet, les constructeurs français sont très exposés sur les marchés où le secteur est le plus mal en point (Europe du Sud), et peu sur les marchés dynamiques (Allemagne). Les analystes estiment que le dernier trimestre pourrait être encore plus mauvais que les neufs premiers mois de l’année.

Une ambiance très morose
La situation économique ne s'est en fait pas encore dégradée. D'ailleurs, les usines d'utilitaires Renault à Batilly et Maubeuge tournent à plein régime, travaillant même les samedis, ce qui prouve que les ventes de fourgons et fourgonnettes restent soutenues. Or, ce marché réservé aux entreprises est un bon indicateur du niveau d'activité économique.

Le problème, c'est l'inquiétude ambiante lié à la crise de la dette et aux persepctives de très faible de croissance en 2012 (0.90 % en France). Ainsi, Carlos Ghosn, PDG de Renault, a affirmé mardi dernier que « les consommateurs étaient sceptiques », mais qu' en revanche ils n'avaient « pas encore viré à la défensive » . Une « très grande incertitude » entoure les perspectives pour l'an prochain, en raison de la volatilité des marchés financiers et du ralentissement de la croissance mondiale, a-t-il expliqué.

Source : www.latribune.fr