Les presses d'injection utilisées dans le procédé de fonderie sous pression aluminium tirent leur énergie d'un groupe hydraulique qui permet les mouvements lents (ouverture et fermeture machine, éjection des pièces, vitesse d'injection lente, ...). Ce groupe hydraulique est complété par des bouteilles d'azote sous haute pression (> 200 bars) qui constituent des réserves d'énergie indispensables pour les mouvements rapides (vitesse rapide du piston lors de l'injection, pression de multiplication).

Syst_me_d_injection_hydraulique
Schéma de principe du groupe d'injection

Deux énergies nécessaires
En fonderie sous pression (chambre froide pour l'aluminium ou chambre chaude pour les alliages de zinc), les 2 énergies qui permettent le fonctionnement de la machine sont :
    - le groupe hydraulique
    - les bouteilles d’azote.

Les phases d'injection
Les 3 phases d'injection traditionnelles ont des caractéristiques diverses, mais sont mues aussi par des énergies différentes selon qu'elles nécessitent de faible puissance (groupe hydraulique) ou qu'elles font appel à une forte énergie dans un très court instant (bouteilles d'azote).
-------------------------------------------------------
Phase           Caractéristiques        Énergie
-------------------------------------------------------
1er phase        V lente                  Groupe hydraulique
2ème phase     V rapide                Bouteille azote
3ème phase     P important           Bouteille d’azote

V = Vitesse injection, P = Pression de compression

Groupe d'injection
Dans le schéma de principe du système d'injection, on peut distinguer :

  • L'accumulateur (qui transforme une pression d'azote des bouteilles en une pression d'huile)
  • Le vérin surpresseur (de plus gros diamètre) qui permet d'appliquer la pression de 3ème phase. Ici, le vérin surpression est aligné avec le vérin. Pour certaines machines, il peut être positionné à 90°.


Source : CTIF