Au terme d'une campagne électorale jugée « tendue » par les organisations syndicales elles-mêmes, le résultat des élections professionnelles à la fonderie PSA, plus gros employeur privé de la région, aboutit au final à la perte, par Force ouvrière, de son « bastion » industriel dans les Ardennes. L'organisation s'y était « emparée » du comité d'entreprise en 2003.

La nouvelle majorité serait constituée par une union formée du SIA (Syndicat indépendant et autonome, membre de l'union des syndicats européens de l'automobile), qui signe le meilleur score (30 %, soit une progression de 5 % dans le collège ouvrier), et qui obtient deux sièges, tout comme les cadres de la CGC-CGE, la CFDT qui progresse légèrement (12 % des voix) complétant cette probable majorité avec son siège.

Source : www.lunion.presse.fr