Avertissement du président Obama à GM et Chrysler pour se restructurer. Il n'est cependant plus exclus que les deux constructeurs soient mis en faillite sous peu tellement leur situation financière est critique.

Obama lance un avertissement à GM et Chrysler
Jugeant insuffisants leurs efforts pour justifier de nouvelles aides fédérales, le président américain Barack Obama a donné lundi respectivement 60 et 30 jours à General Motors et Chrysler pour "se restructurer de manière fondamentale" afin d'être à nouveau compétitifs.

obama
Obama menace GM et Chrysler d'une faillite pour mieux se restructurer

Si les deux constructeurs ne satisfont pas à ces exigences, les procédures de faillite contrôlée seront enclenchées pour leur permettre de "se restructurer rapidement et de sortir plus fort" de cette restructuration jugée nécessaire par Barack Obama, "aussi douloureuse qu'elle puisse être à court terme".

Touchés par la crise et dépassés par les véhicules plus propres et plus économes en carburant de la concurrence étrangère, GM et Chrysler ont reçu à l'automne 17,4 milliards de dollars (13,1 milliards d'euros) en prêts fédéraux pour éviter la faillite. En février, GM a demandé 16,6 milliards (12,5 milliards d'euros) supplémentaires, et Chrysler cinq milliards supplémentaires (3,7 milliards d'euros).

Face à la menace qui pèse sur ces constructeurs emblématiques d'une industrie historique aux Etats-Unis, Barack Obama n'a pas caché la gravité de la situation. "Les mesures que je prends auront un impact sur tous les Américains", a-t-il reconnu. "Il y a des emplois qui ne seront pas sauvés, il y aura des usines qui ne rouvriront peut-être pas".

Source : info.rsr.ch