Dans une industrie fortement automatisée comme la fonderie sous pression (grand nombre de robots sur lesrobot_HPDC machines à couler sous pression en Occident), le prix de la main d'oeuvre n'est que l'un des facteurs de compétitivité. Il faut, en effet, mettre également en parralèle la productivité par salarié qui est l'une des plus fortes en France.

---------------------------------------------------------------------
Fonderie sous pression - Très fortement automatisée
La fonderie sous pression (aluminium, zinc, magnésium) est fortement automatisée en occident où elle comptabilise un nombre impressionnant de robots. C'est le secteur de la fonderie (et de loin) qui utilise le plus de robots. Si les coûts de main d’œuvre sont importants en Europe de l’Ouest, la productivité est également l'une des plus fortes.

C’est le cas en notamment France où le surcoût lié au passage aux 35 heures a été absorbé, semble t’il, très rapidement par l’industrie (sauf peut être pour les « TPE fonderies » où l’organisation avec un nombre de salariés limité est plus complexe).

Sur des chantiers automatisés de type 600 tonnes, un opérateur pilote (et surveille) 2 ou 3 machines. En Europe de l’Est, par exemple, il y  encore souvent un opérateur par machine avec un temps de cycle important, un TRS faible et un taux de rebut conséquent.

Le salaire ne compense donc pas forcément la très faible productivité (en Asie ou dans les pays de l'Est). On retrouve la même problématique au Maghreb.

------------------------------------------------------
Productivité France, Europe et Roumanie (2005) :
Pays                    Cout horaire                 Productivité
------------------------------------------------------
EU moyenne           100 (base 100)                   100
Roumanie                  9                                    29
France                  117                                   118

Les données précédentes qui mettent bien en évidence une tendance réelle; des bas coûts salariaux sont souvent associés à une faible productivité sans doute liée à de nombreux facteurs (faible formation initiale et continue, analphabétisme, peu d'automates et de robots, motivation moyenne du personnel, absentéisme, deuxième travail, turn over important, ...).

---------------------------------------------------------------------
Augmentation des coûts salariaux
Le coût horaire évolue également fortement à la hausse en Europe de l’Est (en Euroland ou ailleurs) et en asie (Chine), créant un phénomène de rattrapage progressif (par effet dominos).
Les salariés sont de plus demandeurs d'augmentation (voir les grèves en Roumanie chez Dacia / Avril 2008)

Ce phénomène de rattrapage des salaires n’est pas envisagé au Maghreb, tout au moins aussi rapidement.

En Chine, les coûts salariaux encore plus bas, évoluent également à la hausse de manière non négligeable (turn-over élevé des employés pour rechercher le meilleur salaire).

Si le salaire minimum est fixé à 70 €/mois, les employeurs sont souvent obligés de proposer 100 ou 120 €/mois pour trouver et retenir la main d'oeuvre. Les employeurs offrent également de plus en plus des avantages (visites médaiacles, dortoirs mieux aménagés, jour de travail de 8 h avec pas plus de 3 h supplémentaires, semaine de travail de 5 jours, ...). Cette pénurie de main d'oeuvre bon marché va s'accentuer en Chine dans le futur dans certaines régions du Sud très fortement industrialisées.

---------------------------------------------------------------------
En Asie, augmentation salariale
Les cinq plus fortes augmentations salariales prévues en 2007, (sur 45 pays investigués), sont concentrées en Asie. Ainsi, les salariés Indiens pourraient bénéficier en 2007 de la plus forte hausse mondiale de rémunération, atteignant 7 % (déduction faite de l’inflation). L’Indonésie et la Chine font également partie du top 5 avec respectivement une augmentation réelle des salaires d’approximativement 6%, suivis des Philippes et de la Thaïlande (4%).

---------------------------------------------------------------------
Salaires mensuels brut d'un ouvrier dans le monde :
France:                                                            1520 euros
Italie, Espagne:                                                  1370 euros
Portugal, Slovénie, Malaisie:                                   760 euros
Pologne, Hongrie, Republique Tchèque, Mexique:        380 euros
Roumanie, Maroc, Tunisie:                                     230 euros
Chine, Inde:                                                        100 euros

---------------------------------------------------------------------
Classement des plus fortes augmentations salariales

Classement/Pays
1 Inde
2 Indonésie
3 Chine
4 Philippines
5 Thaïlande
6 Slovaquie
7 République de Corée
8 Malaisie
9 Egypte
10 Russie
11 Turquie
12 Singapour
13 Pologne
14 Taiwan
15 Israël
16 Finlande
17 Japon
18 Pays-Bas
19 Belgique
20 Norvège
21 Autriche
22 Suède
23 Italie
24 Canada
25 Mexique
26 Portugal
27 Royaume-Uni
28 Suisse
29 Australie
30 Emirats Arabes Unis
31 Grèce
32 République Tchèque
33 Hong Kong
34 Irelande
35 Danemark
36 France
37 Brésil
38 Afrique du Sud
39 Etats-Unis
40 Vietnam
41 Espagne
42 Nouvelle-Zélande
43 Allemagne
44 Hongrie
45 Argentine

---------------------------------------------------------------------
Alors ?
Un phénomène de "rattrapage salarial", certes lent, mais réel est en oeuvre dans les pays à bas salaire.

Le coût salarial n'est pas tout et est à mettre en parralèle avec :
  - le développement durable (CO2 émis par le coût de transport, niveau de vie, ...)
  - la productivité
  - Le temps de mise au point
  - le savoir faire technique ou organisationnel
  - la qualité des pièces produites
  - le service au client (co-développement de pièce, outils de calculs, ...)
  - la réactivité
  - la proximité géographique
  - la facilité de communication (barrière de la langue)
  - ....


Juin 2008